Salvador Canellas Jr a remporté le Rallye Terre des Drailles en 1999 (copyright Morelli.Bertier)

SEAT reporte à 2021 les festivités de ses 70 ans et obtient l'autorisation de fabriquer des respirateurs médicaux.

Par un communiqué daté du 6 avril, le constructeur hispano-germanique SEAT confirme que ses chaînes d’assemblage de la nouvelle Leon, situées dans l’usine de Martorell, sont désormais abilitées dans la construction de respirateurs à usage médical. Noble initiative également prise par d’autres constructeurs (PSA) ou équipementiers comme Michelin, dans d’autres domaines. Le communiqué précise même que des moteurs d’essuie-glaces font partie des composants des respirateurs. Comble de malchance, ces événements surviennent au moment précis où SEAT préparait les festivités du 70e anniversaire de la création de la marque, prévues à la fin du mois de mai. Les festivités sont d'un commun accord reportées à 2021. (Informations auprès de Escuderia Targa Iberica et SEAT Historicos).

La ‘’Sociedad Espanola de Automoviles de Turismo’’ a été créée le 9 mai 1950 en partenariat avec FIAT, constructeur implanté depuis longtemps en Espagne via sa filiale Fiat Hispania. Le but était de produire et de commercialiser des voitures populaires adaptées aux goûts des espagnols, amateurs de berlines quatre portes avec coffre arrière. Pour la jeune entreprise ibérique, il ne s’agissait donc pas seulement d’assembler des éléments de carrosserie et des moteurs construits en Italie, mais bien au contraire celle-ci disposait d’une large autonomie pour modifier et commercialiser des produits spécifiques dérivés de la gamme FIAT. Une stratégie industrielle comparable à celle déployée parallèlement par SIATA, Polski-FIAT, Giardini, Steyr-Puch, Lada et dans une moindre mesure par Abarth. Sur le plan sportif, jusqu’en 1986, date du rachat par le groupe VAG, les SEAT ont surtout brillé en rallyes, notamment les berlines 1430-1800 ‘’especial’’ pilotées par le trio constitué par Antonio Zanini, Salvador Servia et Salvador Canellas Sr. Le service compétition officiel était basé dans la banlieue de Barcelone. Faute de disposer d’une version plus compétitive (la 2000 n’était homologuée qu’en Gr.V), les 1430-1800 ‘’especial’’ seront remplacées par les Fiat 131 Abarth, mais engagées directement par ‘’Seat Competicion’’. Enfin n’oublions surtout pas la petite sportive Fura 127 Crono qui connut une belle carrière en Espagne.

 

Salvador Canellas Sr à l'attaque sur la terre au Rallye Monte-Carlo 1976 (copyright Morelli.Bertier)

Salvador Servia au Rallye Monte-Carlo 1977 (copyright Morelli.Bertier)

A partir de la saison 1977, l'équipe officielle SEAT a disposé des FIAT 131 Abarth comme ici Antonio Zanini au Rallye Costa-Brava (copyright Morelli.Bertier)

De FIAT à VAG

Dans une période de transition politique confuse, en 1986 le gouvernement espagnol fit en sorte de recapitaliser SEAT afin que VW puisse acquérir 50%, puis 75% du capital et enfin 100% en 1990. Car en ce début des années 90 la gamme SEAT était encore largement constituée de modèles FIAT vieillissants (Ronda, Marbella, Malaga, Fura) plus ou moins réservés au marché local. C’est avec les Toledo 2.litres que SEAT débutait en Supertourisme en 1994, Fabien Giroix et Jean-Denis Deletraz s’imposant de haute lutte face aux Renault, BMW, Peugeot, Opel et Audi. Titre en poche, SEAT se tournait vers d’autres disciplines, dont les rallyes avec la nouvelle Ibiza kit-car qui remportait le titre mondial en 1996 et 1997 grâce à Jesus Puras et à Erwin Weber,, puis le WRC à compter de la saison 2000 avec la nouvelle Cordoba. Engagé à titre expérimental dans le Championnat de France des Rallyes Terre 1999, Salvador Canellas Jr remportait plusieurs victoires, malheureusement la saison suivante virait au désastre pour Didier Auriol et Toni Gardmeister qui se plaignaient de la fragilité mécanique et du manque de compétitivité de la Cordoba WRC. Seule maigre consolation, Pierre Colard remportait le Championnat de France des Rallyes Terre en 2000. Résultat, le programme Rallyes était abandonné, SEAT se concentrant désormais sur le championnat du monde WTCC avec un certain succès. Entre 1950 et 2020, la production totale est passée de 10.000 voitures par an en 1950, à 574.000 en 2019. Qu’en sera-t-il à la fin de l’année 2020 ?

La Seat Toledo remporta le Championnat de France Supertourisme en 1994 avec Jean-Claude Giroix et Jean-Denis Deletraz(copyright Morelli.Bertier)

Les Seat Ibiza Kit-car pilotées par Erwin Weber et Jesus Puras ont remporté deux fois le Championnat du Monde 2.litres (copyright Morelli.Bertier)

Une saison 2000 décevante pour Didier Auriol et Toni Gardmeister ; la Cordoba WRC était fragile et très délicate à piloter (copyright Morelli.Bertier)